Sur les traces du biscuit rose de Reims

Le biscuit rose. Célèbre par-delà la Champagne et presque aussi emblématique que la cathédrale Notre-Dame, le biscuit rose transporte un peu de Reims à toutes les tables où il s’invite. Histoire, secrets et visite, l’Ibis Budget Reims Thillois vous invite à suivre les traces de poudre rose d’un biscuit pas comme les autres.

Un peu d’histoire et d’étymologie. Si l’on connait le biscuit rose, connait-on vraiment son origine ? Bis-cuit : cuit deux fois. Logique, mais oublié dans l’usage courant. La double cuisson a véritablement donnée naissance au biscuit rose, le distinguant sans s’y tromper des boudoirs et autres gâteaux secs. Créé à la fin du XVIIème siècle sur une idée originale des boulangers champenois, le biscuit utilisait la chaleur résiduelle du four à pain après défournage pour cuire une seconde fois et sécher doucement. Bien sec et poudré de son voile de sucre glace, il pouvait alors être trempé dans le vin rouge comme il était d’usage à l’époque, tout en conservant une parfaite tenue. D’abord blanc, la vanille dont la pâte était parfumée laissait de petits points noirs jugés inesthétiques. On eut alors l’idée de le teinter avec du carmin pour les masquer. Et voilà un biscuit tout rose. La Maison Fossier en assure toujours la production depuis plus de 260 ans !

Pour certains c’est une madeleine de Proust. Patrick Poivre d’Arvor en parle avec nostalgie.

« Le Biscuit Rose, c’est ma madeleine à moi. Je me souviens de tout chez lui, de sa fausse rugosité qui ne demande qu’à s’attendrir, de son nappage neigeux, de ce craquement léger dans la bouche ».

Des œufs frais, du sucre, de la farine, de la vanille et de la poudre à lever, il ne faut que peu d’ingrédients pour le fabriquer, mais un vrai savoir-faire. Une première cuisson à four chaud pendant 10 minutes, puis une seconde à plus faible température sont nécessaires pour obtenir sa texture unique. Reliés trois par trois par une fine membrane, une autre de ses signatures, le biscuit rose n’a pas besoin d’occasion pour appeler à la gourmandise. A l’heure du thé, seul ou trempé, accompagné d’une flûte de champagne, en version sucrée dans une charlotte, un tiramisu, un vacherin, en version salée pour accompagner un foie gras ou une mousse de canard, le biscuit rose a plus d’un tour dans son sac.

Pour lever le voile sur sa fabrication, la Maison Fossier organise des visites quotidiennes du lundi au vendredi sur réservation. Coup d’œil en coulisse et gourmandise à gogo, le biscuit rose n’aura bientôt plus de secret ! Profitez de l’offre séjour, nuit plus petit déjeuner et visite de la biscuiterie Fossier au tarif de 107,20€ à Ibis Budget Reims Thillois et 170€ au Continental Reims. Offre valable pour deux adultes.

Découvrez aussi...

Petit train des vignobles de Champagne !

Envoyez la vapeur ! Enfin pas tout à fait mais le petit train des vignobles de Champagne a tout conservé de son charme authentique. Une locomotive, trois wagons et une belle balade commentée de quarante minutes dans les vignes pour tout savoir de l’effervescent nectar. En voiture.

07 Oct 2020
En savoir plus